Le bien-être professionnel et personnel : un défi pour l’hypnose ?

2 Mai

Mardi 13 juin 2017, Hôpital Saint Jean de Dieu, salle Henri Ey, 11h30

Colloque en sciences humaines organisé par le LEACM , en collaboration avec   l’Espace METEORE, Méthodes et Outils de Recherche et d’Evaluation

Le bien être professionnel et personnel : un défi pour l’hypnose, effet de mode ou efficacité ?

par  Emma Guillet-Descas

Maitre de Conférences-HDR à l’Université Claude Bernard / Lyon 1,

Psychologue, et Praticienne d’hypnose.

Ses recherches s’intéressent aux problématiques de motivation, d’engagement, de régulation émotionnelle et de bien être notamment chez les sportifs. Praticienne de l’activation de pleine conscience.

Le mot hypnose vient du grec hypnos qui signifie « sommeil », popularisé par James Braid, un médecin anglais, en 1843. Celui-ci pensait initialement que l’état hypnotique était une forme de sommeil. Lorsqu’il s’est rendu compte que ce n’était pas réellement le cas, il a tenté de modifier ce terme en « monoïdéisme ». Comme le nom original était commercialement plus viable, d’après certains praticiens, le terme hypnose est alors resté. D’après le Petit Larousse, l’hypnose serait un état de sommeil artificiel provoqué par suggestion. En réalité, parler de sommeil est une erreur. Dans l’état hypnotique, le patient entend ce qui l’entoure, se trouvant ainsi dans un « état de conscience modifiée » (EMC), ce qui n’est pas le cas lors du sommeil.

Au cours de cette intervention, il sera rappelé brièvement les fonctions et utilisation actuelles de l’hypnose thérapeutique qui s’éloigne de l’hypnose-spectacle popularisée récemment lors d’émissions télévisées. Cependant, le propos central se focalisera sur l’utilisation de l’hypnose dans un but d’optimiser les ressources mentales chez tout un chacun et donc son bien être (la transe hypnotique ou état de pleine conscience), en faisant un parallèle avec les techniques hypnotiques utilisées pour améliorer les performances sportives.