Les conduites addictives comme entités complexes et évolutives : quels défis pour la recherche et les pratiques ?

19 Nov

Mardi 19 novembre 2013,  Hôpital Saint Jean de Dieu

Les conduites addictives comme entités complexes et évolutives : quels défis pour la recherche et les pratiques ?

Bernard Cadet, professeur émérite, Centre d’Études sur les Risques et Vulnérabilités, Université de Caen Basse Normandie

Dans le vaste ensemble des conduites à risques pour la santé les conduites addictives impliquant le recours soit à des substances, soit à des situations, occupent une place importante tant au niveau individuel que social. Longtemps étudiées en posant le primat des théories (en quoi telle ou telle théorie permet-elle d’expliciter les addictions ?), les courants d’études les plus récents renversent la perspective et considèrent les conduites comme constituant les références à la fois premières et primordiales. Globalement, les conduites addictives sont en effet des « entités » qui sont à la fois constituéespersonnellescomplexesévolutives et dynamiques. 
La pleine reconnaissance de ces caractéristiques, conduit à situer leur étude dans le champ des Sciences de la ComplexitéSi, a bien des égards, un tel choix paraît réaliste (car il permet d’éviter toute forme de réductionnisme), il constitue pourtant un « défi », à coup sûr incitatif, à l’égard des méthodes traditionnelles d’études.
L’exposé s’attachera à étudier les conduites addictives à partir de leurs caractéristiques ontologiques (i.e. celles qui définissent leur existence), à présenter des recherches récentes illustrant les avantages d’une approche cognitive « située » et globale, à analyser quelques démarches méthodologiques récentes et à examiner leurs conséquences épistémologiques. L’une des plus fondamentales consiste à rechercher des démarches d’élaboration des connaissances mieux ajustées à ces entités, notamment en accordant aux savoirs concrets et procéduraux une importance accrue.